L’agence de presse russe RT a publié un article affirmant que le secrétaire d’État américain John Kerry a salué les efforts de la Russie ayant permis la réussite du cessez-le feu en Syrie.

Website screenshot RT

Website screenshot RT

Ainsi, l’article de RT annonce: «Kerry et De Mistura (représentant spécial de l’ONU pour la Syrie) ont salué les efforts de la Russie ayant permis la conclusion d’une trêve en Syrie» («Kerry and De Mistura hail Russian efforts to reach Syrian ceasefire»). En fait, le secrétaire d’État américain a parlé d’autre chose. La transcription du discours de John Kerry est disponible ici.

Website screenshot state.gov

Website screenshot state.gov

Tout d’abord, il est visible qu’on a réalisé un montage avec la vidéo du discours de Kerry. Dans l’enregistrement il dit: «I’m very appreciative», et il continue: «We are engaged». Ce sont les mots de fragments absolument différents du discours de Kerry.

Le secrétaire d’état américain John Kerry a dit: «Je suis très reconnaissant à Steffan de Mistura, le représentant Spécial de l’ONU sur la Syrie, pour son énorme travail et pour tous ses efforts au cours des derniers mois» («I’m very appreciative to Steffan de Mistura, the United Nations envoy to Syria, for his tremendous work and his efforts over the last months»). Kerry n’a pas mentionné ni la Russie, ni un autre pays ou une autre personne.

kerry3

La phrase «We are engaged» renvoie au fragment suivant de discours: «nous travaillons avec d’autres membres du Groupe international de soutien de la Syrie sur une tentative de rétablir une trêve dans les endroits où il y a une menace pour le cessez-le feu» («we are engaged in an effort with all of the members of the International Syria Support Group and with Russia particularly in an effort to restore that cessation of hostilities in those places where it has been most at risk or most shredded»). John Kerry l’a prononcé quelques minutes plus tard.

Il ne s’agit pas de louanges. En fait, John Kerry a dit que la Russie et l’Iran doivent faire en sorte que que le régime d’Assad agisse conformément aux conditions de la  trêve conclue autrefois.

Ainsi, John Kerry n’a pas prononcés le moindre mot de louange sur les «efforts de la Russie dans la réalisation d’une  trêve en Syrie». Russia Today  a réalisé un montage avec des fragments de ses déclarations et en a altéré le sens.