Des médias marginaux russes et pro-russes ont diffusé une information sur des accusations de l’Europe par rapport à l’Ukraine dans l’apparition de l’isotope radionucléide «l’iode-131» dans l’atmosphère.

propagande russe fake

Website screenshot kp.ua

propagande russe fake

Website screenshot rian.com.ua

Cette augmentation a été enregistré pour la première fois en Norvège à la mi-janvier. Les traces d’isotope ont été découvertes dans les deux semaines en Pologne, République Tchèque, Allemagne, France, Espagne. L’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a été le premier à rapporter ces changements dans l’environnement.

L’iode-131 ou l’iode radioactif est un radionucléide qui se désintègre en 8 jours. Il est facilement transporté avec le vent. L’accumulation de radionucléide dans l’organisme peut conduire au dysfonctionnement de la thyroïde.

Du fait que l’iode-131 est transporté avec le vent, les experts ont admis qu’il avait probablement rejeté dans l’atmosphère quelque part en Europe orientale, mais les médias européens n’ont pas mentionné le territoire de l’Ukraine.

Il est possible de trouver la mention de l’Ukraine seulement dans les médias russes et pro-russes – RIA Novosti Ukraina, Operline, Komsomolskaya Pravda, Forum.msk.ru, Anna News et d’autres.

Par exemple, le journal en ligne Operline a publié un article nommé «La situation critique de la centrale nucléaire Sud-Ukraine». Prétendument, l’illustration pour cet article est un capture d’écran du Deutsche Welle» sous le titre «Un accident de la centrale nucléaire Sud-Ukraine est inévitable». Ainsi, les journalistes de Operline ont prétendu que l’édition de DW a indiqué que le combustible nucléaire américain de Westinghouse avait provoqué l’accident.

propagande russe fake

Website screenshot d’operline.ru

StopFake s’est adressé à «Deutsche Welle» pour des précisions sur l’information. La réponse a été qu’il s’agissait de falsification et que l’édition n’a pas publié tels articles.

De plus, le journal en ligne «Operline» a changé déjà l’illustration pour une photo de la centrale nucléaire Sud-Ukraine.

StopFake a réfuté déjà les fakes de la propagande russe comme par exemple «Fake: Effondrement de l’énergie nucléaire en Ukraine», «Fake: L’état des centrales nucléaires ukrainiennes pourrait conduire à de graves conséquences» et «Fake: l’Ukraine se trouve au bord d’un nouveau Tchernobyl».

StopFake a reçu une réponse de l’Inspection de de la réglementation nucléaire affirmant que l’Ukraine n’a pas eu d’accidents qui pourrait provoquer l’émission d’iode-131.