Convergence des réseaux du Kremlin en France

Les réseaux du Kremlin sont devenus ces derniers temps un sujet d’étude à part entière avec la publication cette année de deux excellents ouvrages par Cécile Vaissié et Nicolas Hénin. Alors que la France est définitivement entrée en période pré-électorale, il est intéressant de noter les rapprochements qui se font entre différents groupes, qui jusqu’à présent, semblaient largement s’éviter, du moins publiquement.

propagande russe

Le 9 novembre 2016, le Dialogue Franco-Russe, association co-présidée par Thierry Mariani,l’ambassadeur officieux de la Russie en France et Vladimir Iakounine, l'(ex-) agent du KGB, proche de Poutine, a organisé une soirée à l’Hôtel InterContinental à Paris. Un certain nombre d’invités intéressants y étaient. Marion Maréchal Le Pen (FN) et Nicolas Dhuicq (LR), soutien de François Fillon, s’y sont retrouvés à la même table.

À une autre table, on retrouvait assis côte à côte Jean-Luc Schaffhauser (FN), artisan du prêt russe pour le FN et Marc Le Fur (LR), lui aussi soutien de François Fillon.

Parmi les autres invités remarquables: Valéry Giscard d’Estaing, ancien président de le République Française et Sergeï Munier, un français qui a combattu dans le Donbass contre l’Ukraine.

propagande russe

propagande russe

Les 25-26 novembre 2016, un autre événement important pour les réseaux du Kremlin en France s’est tenu dans les locaux de l’ambassade de la Russie: le Forum des organisations de compatriotes russes en France. Le nouveau bureau du Conseil de coordination des compatriotes y a été élu. Parmi ses membres on retrouve des poids lourds, comme Dmitri Kochko connu entre autres pour avoir perçu de l’argent du parti du président ukrainien déchu. D’autres comme Michel Grabar (photo ci-dessous) ou Ekaterina Gadal ont des liens avec le fasciste russe Dougine.

propagande russe

Parmi les nouveaux membres élus, on retrouve Vassilissa Iakounina, responsable de communication de l’association des Jeunes pour une Grande Europe, parmi les membres d’honneurde laquelle on retrouve le député Mariani et le sénateur Pozzo di Borgo, connus en Ukraine et en Russie pour leur voyages “style Potemkine” en Crimée. Une organisation qui est sans doute chère à l’Ambassadeur Orlov, lui aussi membre d’honneur, dont le père était délégué soviétique de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratiquequi diffusait à l’époque la propagande soviétique.

La personne qui a reçu la majorité des voix lors du scrutin est Nathalia Kazuchini-Bonci, responsable de l’école «Pas à Pas». La veille du forum, elle avait diffusé ce message auprès des participants:

propagande russe

Aider les civils victimes de la guerre entre l’Ukraine et la Russie est une très bonne initiative. Or, leur partenaire “Dobrosvet” est loin d’être neutre avec un soutien affiché au projet “Novorossia”.

Enfin, Gueorgui Chepelev fut élu président du conseil de coordination. Chepelev est proche du Parti de Gauche et notamment de Djordje Kuzmanovic avec qui il anime le collectif « France-Russie-Ukraine : dialogue ». Mis à part l’organisation des « rassemblements pour la paix », où il réussissait à réunir des militants d’extrême droite et d’extrême gauche. Il avait aussi essayé de manipuler des associations humanitaires françaises, comme “La Gerbe” qui a fait le commentaire suivant à son égard :

«Au cours de l’année 2014, certaines associations basées en France, encore inconnues de nos équipes se sont rapprochées de La Gerbe afin de venir en aide de manière commune aux civils victimes de la guerre en Ukraine. Certains groupes politisés ont utilisé ces initiatives pour prétendre que La Gerbe prend parti pour l’un des belligérants. La Gerbe dénonce ce procédé et affirme sa neutralité politique quel que soit le lieu de son action (Ukraine, Roumanie, Congo, Maroc…) »

resolution

Naturellement, les participants du forum se sont indignés de la résolution du Parlement européen sur la propagande anti-EU de la Russie, dont ils sont des relais. Ils ont même adopté leur propre résolution menaçant de fermeture des alliances françaises en Russie.

À travers ces deux exemples on voit comment diverses organisations et personnalités, qui ne cachent pas leur admiration pour Vladimir Poutine, se rapprochent sous le regard bienveillant de l’ambassadeur de Russie.

En face, même quand il s’agit de dénoncer les crimes du régime du Kremlin, qui ont eu lieu récemment en Ukraine ou en Syrie, ou il y a plus longtemps en Géorgie et en Tchétchénie, il n’y a pas beaucoup de mobilisation citoyenne. Et ce qui existe de cette mobilisation, reste assez désuni et/ou démobilisé, alors qu’il faut dire haut et fort que Poutine n’est pas la solution aux problèmes, mais bien leur source et dénoncer les tentatives du Kremlin d’influencer la politique française.

Par Igor Reshetnyak

Source: InformNapalm

informnapalm_logo_05

(CC BY)

Toute reproduction requiert un lien actif vers le site d’InformNapalm.