Illustration: UCMC

Le 14 juin, le Coupe du Monde de la FIFA a débuté en Russie. C’est la première fois que la Russie accueille ce championnat prestigieux. Des débats ont commencé quelques mois avant l’événement sportif: et si les pays européens boycottaient cet événement? Serait-ce efficace? Est-il possible de condamner les actions de la Russie sur la scène internationale et de ne pas boycotter le championnat? Aujourd’hui, l’évidence est là: le championnat a commencé et le «boycott diplomatique» n’a été soutenu que par quelques pays. Mais la question reste pertinente: le sport peut-il être «apolitique» et la Russie utilisera-t-elle le sport dans ses objectifs politiques. Vous trouverez plus d’informations dans l’article de l’UCMC.

«Notre objectif est que tous nos hôtes, des stars du foot jusqu’aux fans ordinaires, ressentent l’hospitalité et la gentillesse de notre peuple, soient pénétrés du caractère distinctif, multiethnique, et de la culture unique de la Russie et veuillent de nouveau revenir dans notre pays », a déclaré Vladimir Poutine lors du Congrès de la Fédération internationale de football (FIFA ). Poutine considère cette Coupe du Monde de la FIFA comme sa propre victoire. Et bien que la plupart des Occidentaux n’aient aucune illusion sur le régime en Russie, ils n’ont été que quelques-uns à s’opposer activement à cet événement sportif prestigieux.

Est-ce que la Russie mérite le championnat?

Le fait que la Russie accueille la Coupe du monde cette année a été décidé en 2010 par un scrutin secret au sein du comité exécutif de la FIFA. Peu de gens pouvaient alors percevoir une menace de Moscou, et surtout prévoir le plus important affrontement géopolitique entre la Russie et le monde occidental depuis l’effondrement de l’Union soviétique.

Depuis ce vote, la Russie a réussi à envahir l’Ukraine, à apporter son soutien à Bachar al-Assad en Syrie, à changer la perception de la guerre de l’information. La guerre hybride menée par la Russie défie l’ordre international fondé sur la primauté du droit, mais l’Occident n’est toujours pas sûr de savoir comment réagir.

Depuis les dernières années, dans de nombreux pays occidentaux, on discutait à un niveau élevé d’un éventuel boycott de la Coupe du Monde en Russie et de son éventuel transfert dans un autre pays. On évoquait l’annexion de la Crimée, le conflit dans le Donbass, l’avion de la compagnie malaysienne abattu, la guerre en Syrie et même le scandale du dopage autour de la Russie.

La corruption au sein de la FIFA. En 2010, des journalistes sportifs, des experts et des spécialistes de la FIFA ont affirmé que la Russie n’avait pas été choisie honnêtement. Le FBI et le bureau du procureur fédéral de la Suisse ont enquêté sur la corruption au sein de la FIFA et, en 2014, la FIFA a mené sa propre enquête. En 2015, Josef Blatter a quitté son poste de président de la FIFA. Après sa démission, il a personnellement confirmé que la Russie avait été choisie pour accueillir le Mondial via des accords secrets. Cependant, les enquêtes officielles n’ont pas trouvé de confirmation.

Illustration: UCMC