Les adeptes de théories du conspiration se frottent joyeusement les mains. La chaîne de télévision britannique BBC a annoncé le lancement d’une émission télévisée «Les fichiers de la Conspiracy» sur les nouveaux faits de la destruction du MH17.

Website screenshot BBC

Website screenshot BBC

La chaîne BBC a déjà démenti cette «bombe», en disant que les médias ont présenté  l’annonce de ce film de façon manipulatrice. Il n’est pas question d’établir ou d’approuver la culpabilité de l’Ukraine. Au contraire, le film présente des arguments qui prouvent que l’avion de combat ukrainien ne pouvait pas abattre MH-17, car ce type d’armement n’est pas capable de voler à cette altitude. Le film développe différentes versions de cette tragédie. Les réalisateurs promettent de séparer les fait et les fabulations. De plus on analyse le rôle du Kremlin dans la recherche de la vérité sur l’abattement du MH17».

Website screenshot ria.ru

Website screenshot ria.ru

Des journalistes russes se réfèrent au journal britannique «Daily Mail», qui a publié un article évoquant quelques versions qu’on explore dans le film. En particulier, il s’agit de témoignages de certains spectateurs qui auraient vu l’avion de combat près du Boeing de la compagnie aérienne Malaysia Airlines. Un journaliste en free-lance, Billy Six, a interviewé ces témoins oculaires. Un autre journal britannique a affirmé qu’il avait interrogé au moins 100 témoins, et sept d’entre eux ont dit qu’il auraient vu un avion de combat.

Website screenshot express.co.uk

Website screenshot express.co.uk

Les journalistes ont mis en lumière les détails intéressants de la biographie de Billy Six. Par exemple, en 2012 il a été emprisonné en Syrie. Et il a été libéré grâce au ministre des Affaires étrangères de la Russie Sergey Lavrov qui a bien pris au coeur le destin de cet homme. En plus, Billy Six a couvert activement le conflit dans l’est de l’Ukraine, essentiellement en faveur des séparatistes.

Website screenshot de YouTube de AFP

Website screenshot de YouTube de AFP

Parmi les témoins de Billy Six, se distingue un blogueur néerlandais et un investigateur indépendant, Max van der Werf. Il a admis pendant la conversation avec Billy Six que beaucoup de gens ont refusé de parler avec lui devant la caméra au sujet de l’avion de combat qu’ils ont soi-disant vu. Max van der Werf a réussi à enregistrer un interview avec Lev Bulatov. La propagande russe a activement exploité cet interview pour appuyer leur version des événements. Un autre fait intéressant de la vie de Max van der Werf: il a soutenu le mouvement hollandais «De Ommekeer» («Tournage»), qui s’oppose activement à la coopération entre l’Ukraine et l’UE. En plus, ce blogueur diffuse régulièrement des propos des dirigeants des séparatistes de certaines régions des Oblasts de Donetsk et de Lougansk. Max van der Werf partage volontiers les articles ouvertement propagandistes.

Website screenshot de twitter de Max van der Verf

Website screenshot de twitter de Max van der Verf

En se référant à la BBC, certains médias russes ont accusé immédiatement l’Ukraine d’implication dans la tragédie du vol MH17. Parmi ces média sont TASS, Lenta.ru, Ukraina.ru, RIA, Sputnik et RT.

Website Screenshot de Sputnik

Website screenshot TASS

Website screenshot TASS

Le journal «Rossiyskays Gazeta» a cité Aleksey Poushkov, le chef de la commission de la Douma chargée des affaires étrangères, qui a comparé ce documentaire de la BBC à un autre film « propagandiste ». Il s’agit du « documentaire » de Paul Moreira «Ukraine: les masques de la révolution».

Скриншот на сайта на "Российская газета"

Website screenshot « Rossiyskays Gazeta »

StopFake a déjà démasqué quelques «investigations alternatives» au sujet de la catastrophe de Boeing MH17 malaisienne. Cette tragédie a été analysée en détail par des experts internationaux. Leur rapport a été publié en automne 2015. Ce document demontre que MH17 a été abattu par un missile «sol-air», un Bouk-M1. L’investigation a présenté beaucoup de preuves que ce Bouk-M1 avait agi depuis un territoire contrôlé par les forces séparatistes.