Des médias russes, en particulier, REN-TV et Lenta.ru ont diffusé des articles annonçant que l’Ukraine a décidé de fermer les écoles et les hôpitaux en Ukraine pour faire revenir la Crimée.

Website screenshot de REN TV

Website screenshot de REN TV

Website screenshot de Lenta.ru

Website screenshot de Lenta.ru

Ces articles indiquent que «Ivan Miklosh, le conseiller du Premier ministre ukrainien Vladimir Groisman, a proposé des mesures très inhabituelles pour faire revenir la Crimée et faire pression sur le Donbass. Miklosh a déclaré qu’il y a besoin de fermer les écoles et les hôpitaux  d’Ukraine». Ensuite, le journal en ligne explique que «selon Miklosh, cette fermeture conduirait à la croissance économique du pays, ce qui permettrait le retour de la Crimée et une influence positive sur le Donbass».

Website screenshot LB.ua

Website screenshot LB.ua

Tous ces médias font référence à une interview donnée par Miklosh à «Leviy Bereg», datée du 23 mai. Comme par hasard, les nouvelles sur la base de cette interview ont été publiées dans presque tous les médias russes le même jour. Le contenu de ces publications est quasiment identique.

En vérité, Miklosh n’a pas proposé de fermer les écoles et les hôpitaux pour faire revenir la Crimée. Le politicien a présenté sa vision de différentes réformes en Ukraine, non seulement dans le domaine économique, mais aussi dans les domaines de l’éducation et de la santé.

cr4

Ainsi, il a affirmé qu’il est possible de réduire le nombre de lits dans les hôpitaux, car «le nombre de lits dans les hôpitaux ukrainiens pour 1000 habitants dépasse parfois les standards des pays riches développés. La réduction de ces capacités excédentaires va vous apporter de l’argent supplémentaire que nous pourrons utiliser pour améliorer le domaine de la santé». Miklosh n’a pas mentionné la Crimée dans ce contexte, ainsi que «les hôpitaux ruraux», comme Lenta.ru l’a affirmé.

En outre, il a déclaré, qu’il est préférable de fermer les petites écoles, où 20 enfants font leurs études, mais en même temps d’acheter des autobus. Cela permet aux enfants de faire leurs études dans des écoles secondaires plus grandes. Miklosh a précisé que «d’habitude, les enseignants sont plus qualifiés dans les grandes écoles, tandis que les enseignants dans les petites écoles ne peuvent enseigner beaucoup de matières à la fois».

Les médias russes n’ont pas mentionné ces points. Comme si cela ne suffisait pas, la chaîne de télévision «Tsargrad», appartenant à une personnalité plus que controversée, Dougine,  a déclaré qu’il «faut réduire le nombre de lits dans les hôpitaux à 1000».

Website screenshot de «Tsargrad»

Website screenshot de «Tsargrad»

C’est-à-dire qu’il affirme qu’il ne faut conserver que 1000 lits dans les hôpitaux, pour toute l’Ukraine.

Il convient par ailleurs de noter qu’il n’était pas question des écoles et des hôpitaux dans la description du développement économique, dans l’entretien. Il présentait les raisonnement de Miklosh sur les réformes en Ukraine.

Le spécialiste slovaque a parlé de la Crimée à la fin de l’interview, quand il a dit: «Il vous serait beaucoup plus opportun de contrôler complètement les régions de Donetsk et de Lougansk quand l’Ukraine sera devenue plus développée et plus riche que ces territoires. Et alors peut-être, vous saurez récupérer la Crimée. Mais ce sera possible seulement quand les Criméeens verront que la vie en Ukraine est meilleure qu’en Russie ou en Crimée. Ainsi, les réformes économiques sont une contribution importante à la sécurité nationale».

Les médias russes ont attribué à Ivan Miklosh non seulement la fermeture des écoles et des hôpitaux villageois, mais aussi «une stratégie pour le retour de la Crimée» dont il n’a pas parlé du tout.