Le journal en ligne russe «Moskovskiy komsomoletz», NTV ainsi que d’autres sources propagandistes ont repris l’article du magazine américain “The National Interest” selon lequel «les Etats-Unis suspendent le retour de la Crimée en Ukraine». L’auteur de l’article, Doug Bandow, un politologue aux convictions anti-ukrainiennes, répète des narratifs répandus par la propagande du Kremlin au sujet de #КрымНаш (Crimée est notre).

Website screenshot MK

Website screenshot ntv.ru

Les journalistes pro-russes ont tenté de présenter cet article publié sur un site peu connu comme si c’était la position officielle des Etats-Unis, ou au moins, comme si c’était une opinion répandue dans les médias américains. Voici des titres d’articles qu’on peut trouver parmi les médias russes qui citent cet publication: «Les Etats-Unis ont calculé les chances de l’Ukraine de reprendre la Crimée», «Les médias américains expliquent pourquoi l’Ukraine ne reprendra jamais la Crimée» etc. Parmi les médias populaires en Russie, RIA Novosti, NTV, Zvezda, News Front, Dni.ru, Vzglyad, Versiya, Gazeta.ru ont relayé cette soi-disant «nouvelle».

Website nationalinterest.org

A l’origine, l’article de Doug Bandow pour «The National Interest» contient les affirmations suivantes:

«Poutine n’est pas un ami de la liberté ou de l’Amérique, mais son pays ne crée pas de menaces pour les Etats-Unis ou l’Europe. L’invasion en Ukraine n’est qu’un événement précurseur de l’avancée de l’OTAN à l’Est. Il ne s’agissait pas d’une agression russe contre l’Occident».

«Bien que les actions de Moscou aient été illégales, la Crimée fait partie de la Russie depuis longtemps».

Doug Bandow a aussi prétendu que les Criméens sont tous «des Russes» et a déclaré qu’il fallait les consulter au sujet de leur sort. L’auteur suggère que Washington organise un référendum en Crimée sous l’égide des Nations Unies.

Website screenshot en.wikipedia.org

Selon les sources citées, en particulier Wikipédia, Doug Bandow a écrit à certains moments des articles pour promouvoir les intérêts de ceux qui le payent. Pour cette raison, Bandow a été licencié de l’institut Cato à Washington, bien qu’il a plus tard été réembauché.

Doug Bandow manifeste constamment ses convictions anti-ukrainiennes. Par exemple, il persiste à décrire l’Ukraine comme un «pays raté», failed state dans son article, dans lequel la Russie devrait renforcer sa présence et son influence.

Website screenshot www.state.gov

Pendant ce temps, la position officielle des Etats-Unis sur la Crimée demeure inchangée. Dans leur «Déclaration sur la Crimée», les Etats-Unis ont réaffirmé leur refus de reconnaître l’annexion de cette péninsule, qui s’est fait au détriment de règles établies par le Droit international. « Avec nos alliés et nos partenaires de la communauté internationale, nous, les Etats-Unis rejetons la tentative de la Russie d’annexer la Crimée et nous engageons à maintenir cette politique jusqu’à la restauration complète de l’intégrité territoriale de l’Ukraine » est-il écrit dans ce document.