Fake: Les médecins de l’hôpital de Marioupol ont quitté leurs fonctions en raison de la présence de militaires atteints du Covid-19

Plusieurs sites Web des territoires temporairement occupés (Donetskoe agentnstvo novostej, Novostnoe agentstvo Kharkov, Gorlovka Today et les autres) affirment que toute une équipe médicale de l’hôpital municipal №8 de Marioupol a abandonné son travail, en raison de l’hospitalisation de 200 militaires soupçonnés d’être atteints par le Covid-19. Le conseil municipal de Marioupol a réfuté cette information en répondant aux questions de StopFake.org.

Website screenshot dan-news.info
Website screenshot nahnews.org
Website screenshot gorlovka.today

            Les sites Web en question citent la «Direction de la police de la République Populaire du Donbass» et des «résidents de Mariupol» restés anonymes. Parmi les raisons de la démission sont indiqués aussi le manque d’équipements de protection individuelle et le manque de tests.

            Le conseil municipal de Mariupol a expliqué à Stop Fake : «L’hôpital municipal №8 ne dispose pas d’unité spécialisé pour les maladies infectieuses et ne peut pas accueillir de patients suspects d’avoir le coronavirus. Des unités de ce type existent dans d’autres hôpitaux de la ville».

Website screenshot Le conseil municipal de Mariupol

            Les journalistes de StopFake.org se sont adressés à l’état-major des «Forces d’opérations Unies» pour savoir combien de militaires ukrainiens sont tombés malades du coronavirus et si c’est vrai que 200 militaires contaminés se trouvent à Marioupol. Selon l’état-major, à la date 9 avril 2020 qui correspond aux publications mentionnées, il n’y avait que 7 cas d’infection par le coronavirus au sein des Forces armées de l’Ukraine, et tous en dehors du Donbass. 118 militaires étaient isolés ou en auto isolation sur l’ensemble de la territoire ukrainienne ce jour-là.

Website screenshot BBC.com
Website screenshot mrpl.city

            La commission épidémiologique de Marioupol a également indiqué lors d’un briefing le 8 avril 2020 que la situation épidémique dans la ville était stable et qu’il n’y avait que 6 personnes qui ont été détectées positives sur place.

A la date de 16 avril, selon l’état-major des forces médicales de l’armée ukrainienne, l’armée ne compte que 37 personnes contaminés, depuis le début de l’épidémie.