Fake: Les Ukrainiens n’ont pas besoin de la Crimée

Gazeta.ru a publié un article affirmant que les Ukrainiens sont de moins en moins intéressés par le retour de la Crimée en Ukraine. La même information a été diffusé par la chaîne de télévision Zvezda et news.rambler.ru.

Website screenshot de Gazeta.ru
Website screenshot de Gazeta.ru

L’auteur se réfère à une étude du Ministère de l’information, qui aurait déclaré que «près de la moitié des Ukrainiens ne souhaite pas que la Crimée revienne en Ukraine». En plus, le journaliste a cité le premier vice-ministre de la politique d’information de l’Ukraine Emine Dzheppar, qui a indiqué que 47% des Ukrainiens «croient qu’il ne faut pas faire revenir la péninsule».

La citation d’Emine Dzheppar a été prise de son interview à Ukrinform. Gazeta.ru a décidé d’omettre le fait, que la fonctionnaire a déclaré au début de la phrase: «Les derniers chiffres que j’ai vu dans un sondage en Ukraine concernant la Crimée indiquent que la plupart des Ukrainiens ne doutent pas que la Crimée, c’est l’Ukraine».

Website screenshot de ukrinform.ru
Website screenshot de ukrinform.ru

Dans le même esprit, le premier vice-ministre de la politique d’information de l’Ukraine Emine Dzheppar a déclaré lors d’un talk-show sur la chaîne de télévision «Expresso»: «Aujourd’hui, 45,5% des Ukrainiens ne croient pas que nous pouvons faire revenir la Crimée, mais ils savent tous que la Crimée, c’est l’Ukraine» (00:40).

Website screenshot de mip.gov.ua
Website screenshot de mip.gov.ua

Les sources officielles, soit les résultats de sondages des instituts de sociologie ukrainiens et russes, présentent les données suivantes : 62 % des Ukrainiens ne soutiennent pas l’annexion de la Crimée (selon Institut International de la sociologie de Kyiv (KIIS), 2016).

Website screenshot de kiis.com.ua
Website screenshot de kiis.com.ua

En plus, selon les résultats du sondage de la Fondation «Initiatives démocratiques» et le service sociologique «Ukrainian Sociology Service» : 69 % des Ukrainiens estiment que la question du retour de la Crimée nécessite une solution immédiate (2015).

Une autre partie de l’article de Gazeta.ru affirme que le sujet de la Crimée et de l’Ukraine en général, disparaît du champ de l’information des grands medias internationaux. Ce sujet a été discuté lors d’une table ronde au Gorshenin Institut de Kiev. Les journalistes russes ont mis l’accent sur le fait que le sujet de l’Ukraine et de la Crimée ne sont plus à la une des journaux dans le monde entier. En même temps, Gazeta.ru n’a pas prêté attention dans son compte-rendu à la citation suivante des experts de Gorshenin Institut: «Certes, une énorme machine de propagande russe élimine facilement tous les messages, toutes les tentatives de l’Ukraine, même si elles sont sporadiques. La propagande russe annulle tous les arguments que l’Ukraine tache de diffuser dans le domaine de l’information internationale sur le thème des Tatars de Crimée, sur le problème de la Crimée, ou de l’annexion de la Crimée etc.» « (41:25).

A la fin de l’article Gazeta.ru a cité le chef de la fondation Heinrich Böll affirmant que l’Europe s’est progressivement fatiguée de l’Ukraine. Il a bien dit cela, mais en 2015.