Igor Yakovenko: Une vérité absolue dans l’histoire, la géographie et la politique

ivan-071

La version intégrale de cet article a été publiée sur le blog de Igor Yakovenko, politologue et commentateur russe vivant à Moscou et sur le site StopFake.org. StopFake en Français  propose une version courte, traduite en français.

Le début de cette semaine a été en quelque sorte absurde. Poutine a eu l’intention de visiter Paris, mais Hollande a annoncé qu’il n’est pas sûr de vouloir le rencontrer. En outre, il a annoncé cela à la chaîne de télévision TF-1, mais pas à Poutine, en personne. Cependant, le message est quand même arrivé jusqu’à Poutine. Ce dernier a déclaré qu’il n’allait pas à Paris et qu’il reverrait Hollande un jour ou l’autre. Il est probable qu’il l’ait mal pris.

Il est très concevable que les Russes calculent tout d’une autre manière, sachant qu’ils obtiennent toujours «zeroé» là où le reste du monde voit «moins». Cette arithmétique est dérivée du concept de « vérité historique » présenté dans la thèse de doctorat du ministre de la culture Medinsky. Le concept affirme: « Dans l’histoire, seulement ce qui correspond aux intérêts nationaux de la Russie a une valeur vraie ». Dès qu’une personne accepte ce concept de vérité historique, le monde entier autour de lui change.

Tous ceux qui ont soutenu le «consensus de Crimée» sont voués à vivre dans un monde imaginaire dans lequel la Russie a été un grand empire, il y a déjà des milliers d’années. Pour eux, ce pays a été baigné par des océans, et les Russes n’ont jamais perdu une seule guerre.

En même temps, ces gens croient qu’ils n’ont jamais agressé personne, juste été obligés encore et encore de repousser leur voisins, qui eux ne cherchaient qu’à porter menace à la Terre-Sainte, que les Russes ont promis on ne sait quand, ni à qui, qu’ils ne la céderaient à personne. C’est donc ainsi, en ayant défendu et en ayant repoussé nos ennemis, que nous sommes devenus le plus grand pays du monde. Nous n’avons jamais mis les pieds sur une terre qui appartient à un autre état.

Le «consensus de Crimée», c’est un miroir brisé qu’un troll malicieux, tout droit sorti du film pour enfants «La Reine des neiges». Il a dispersé dans la Russie et a pénétré dans l’esprit des Russes. Ces débris ont provoqué des changements radicaux et peut-être irréversibles au sein de la  Russie.

Ce que Poutine a fait aux Russes est en quelque sorte pire que ce que Hitler a fait aux Allemands. Les Allemands ont guéri, à cause d’une défaite militaire et de doses violentes de vérité. Mais en ce qui concerne une défaite militaire de la Russie, la conversation s’avère longue et pénible. Cependant, le traitement des Russes par la vérité sera difficile. Hitler a caché aux Allemands la vérité sur ses défaites, tandis que Poutine les montre à la télévision 24 heures sur 24.

Source:  blog de Igor Yakovenko