Qu’est-ce qui ne va pas avec RT?

Source: EU vs Disinfo

Le mois dernier, le superviseur des médias britannique Ofcom a identifié sept cas de «non-respect graves» des règles de «l’impartialité requise» dans les publications de la chaine de télévision RT (Russia Today). Le bureau fédéral de la communication de l’OFCOM a spécifié que l’organisation «envisage d’imposer des sanctions suite aux violations mentionnées».

Apres la publication des rapports de l’OFCOM, Roskomnadzor (le service fédéral de contrôle des communications et des médias) a accusé le service russe de la BBC de diffusion de l’idéologie de «groupes terroristes» et a prévenu que cela pouvait invoquer des conséquences pour la société de radiotélévision en Russie.

Les conclusions d’OFCOM soulignent les différences principales entre l’activité de RT et le journalisme, tel qu’il est attendu de la télévision publique.

La Syrie, Salisbury, l’Ukraine

Le rapport d’OFCOM contient de 190 pages et présente une étude de dix émissions de RT, diffusées au cours de la période du 17 mars au 4 mai 2018. Le rapport contient des liens vers des reponses à la critique d’OFCOM faite par RT (moyennant le détenteur de licence TV Novosti).

L’OFCOM en a conclut que RT n’a pas respecté les normes journalistiques dans 7 des 10 cas examinés.

Le Kremlin a utilisé RT pour convaincre le public que les deux suspects de l’affaire Skrypal vus à Salisbury n’étaient que des touristes ordinaires

Le rapport présente de nombreux exemples de ce que signifie en pratique la «violation de l’impartialité requise». Les émissions en questions de RT concernaient les relations internationales, comme l’attaque de Salisbury et la situation en Syrie, ainsi que des événements en Ukraine.

Pseudoéquivalence

Quand le rapport de l’OFCOM est paru en décembre, le ministère russe des Affaires étrangères s’est senti obligé de faire savoir qu’il répondait de la même manière et a ensuite ouvert  une enquete sur l’activité de la BBC.

Les autorités russes ont contesté la différence évidente qui existe dans leurs relations avec RT et dans celles entre la BBC et le gouvernement britannique.

Et pourtant… RT est une chaine de télévision fédérale, qui est subordonnée aux autorités russes. Selon son rédacteur en chef, cette chaine ressemble au «ministère de la défense» de la Russie. La BBC, cependant, agit en totale indépendance du gouvernement britannique. Le service respecte les standards journalistiques internationaux.

«Contenu tendancieux»

Les dernières conclusions de l’OFCOM reprennent toute une série de critiques plus anciennes envers RT, au sujet de violations des règles du journalisme.

Les cas précédents sont énumérés sur les pages de 9 à 13 du 18 avril 2018 du rapport de l’OFCOM. Le superviseur de médias britanniques a conclu que RT était coupable non seulement de violation de l’impatialité, mais également de la diffusion d’un «contenu consciement mensonger».

Qu’en est-il de la BBC?

La réaction de Moscou rappelle un ruse rhétorique qui dit «regarde toi d’abord avant de me critiquer», courante pour le Kremlin.

Pourtant, même si RT n’a pas eu de sanctions, une analyse minutieuse des résultats d’OFCOM à propos de RT continuera de servir de base aux recherches plus approfondies sur les activités de RT. Cette analyse demontre pourquoi des personnes comme le Président français Emmanuel Macron se demandent si RT fait vraiment du journalisme.

A régarder : la vidéo à propos de RT et Sputnik, les deux organes de propagande du Kremlin deguisés en médias.

Source: EU vs Disinfo