Stanyslav Asseev, prisonnier des séparatistes, a été forcé de donner une interview pour «Russia 24»

Cette tribune a été initialement publiée dans Ukrinform France
Le 17 août, la chaîne russe «Russia 24» a diffusé une interview de Stanyslav Asseev, un journaliste ukrainien prisonnier des séparatistes à Donetsk. Selon plusieurs experts, il a été forcé sous la torture de faire cette interview.

Cette information a été communiquée par Radio Svoboda.

L’émission, dans laquelle la télévision russe a montré Asseev, dure plus de dix minutes. Le présentateur, le journaliste russe Alexander Sladkov, a déclaré que l’accusé avait été amené les mains menottées. La conversation a eu lieu dans la bibliothèque Kroupska à Donetsk. Lors de l’interview, Asseev a prétendu qu’il coopérait avec le Service de renseignement russe. En outre, Il a déclaré qu’il faisait partie du bataillon Donbass, qu’il s’est porté volontaire pour coopérer avec les services de renseignement et que l’un des objectifs était de rassembler des documents pour un futur roman.

Le scientifique Igor Kozlovsky, ancien prisonnier des séparatistes et professeur de Stanyslav Asseev, raconte que plusieurs prisonniers des séparatistes ont été forcés de «faire des aveux» devant les caméras.

«Quand j’étais là, dans les caves, plusieurs de nos prisonniers sont également apparus à la télévision. Je leur ai demandé pourquoi ils l’avaient fait. Ils m’ont expliqué que, premièrement cela était dû à des craintes concernant la vie de leurs parents, et qu’ils avaient également peur pour leur propre vie. Chacun a sa propre limite, au-delà de laquelle il ne peut plus résister. Nous voyons que le séjour d’Asseyev dans le camp de concentration dure depuis plus d’un an, il est clair qu’il ne peut plus résister ni physiquement, ni psychologiquement», estime Kozlovsky.

Il rappelle également que pratiquement la seule information disponible au sujet d’Asseev est qu’il est détenu sur le territoire de l’ancienne usine de Donetsk et du centre d’art «Isolatsiya», saisi par les anciens combattants.

«Je pense que c’est une conséquence des tortures et, deuxièmement, des craintes pour ses proches. Beaucoup de personnes ont été forcées de faire des aveux en échange de promesses que s’il le faisait, leur libération ou leur échange serait accéléré», a commenté Igor Kozlovsky.

Auparavant, un des anciens prisonniers, libéré lors du dernier échange en décembre 2017, a déclaré à Radio Svoboda que Stanyslav Asseev avait été torturé dans la prison des séparatistes de Donetsk.

Source: Ukrinform France