UCMC: La pression économique de la communauté internationale sur la Russie reste l’arme principale pour espérer mettre fin à l’occupation de la Crimée

Les actualités dans la rubrique «Contexte» sont pas des fakes. Nous les publions pour vous informer des événements de la guerre d’information entre l’Ukraine et la Russie.

Kiev, le 8 février 2016 – La libération de la Crimée doit se passer uniquement de manière pacifique. L’outil le plus efficace pour cela reste les sanctions économiques imposées par la communauté internationale. « Nous considérons que l’occupation de la Crimée ne doit pas prendre fin grâce à une solution militaire. Engager un conflit armé provoquerait une épouvantable effusion de sang et la destruction des Tatars de Crimée qui résistent à l’unanimité à cette occupation.

« Nous comptons surtout sur les sanctions économiques»,  a déclaré Moustafa Djemilev, leader de Tatars de Crimée et député ukrainien lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Media Center.

Il a souligné que les sanctions imposées contre la Russie pourraient avoir le même effet que celles qui avaient été imposées à l’URSS après l’invasion de l’Afghanistan. À l’époque, les sanctions étaient moins importantes, mais elles ont quand même réussi à détruire l’économie soviétique et conduit à l’effondrement de l’empire communiste. «Personne ne peut dire combien de temps l’agonie de l’empire russe va durer, mais, selon certains, un an et demi sera tout au plus nécessaire. Ensuite, nous assisterons à la libération des territoires occupés en Ukraine, mais aussi en Géorgie et en Transnistrie. Mais nous ne devons pas compter que sur les sanctions, nous devons aussi renforcer notre capacité de défense », a-t-il souligné.

En répondant à la question des journalistes sur la participation de Djamala, chanteuse tatare au concours de l’Eurovision, Moustafa Djemilev a exprimé son espoir que ce sera elle qui représentera l’Ukraine à ce concours avec sa chanson sur la déportation des Tatars de Crimée à l’époque stalinienne. «C’est très important pour nous. Si elle gagne une bonne place, le prestige de l’Ukraine et le sujet de la Crimée atteindront un nouveau niveau».

 

La source: Ukraine Crisis Media Center

Photo par Ukraine Crisis Media Center