Article écrit par l’éditeur de StopFake, (version en italien) Mauro Voerzio

Encore un fake que la «famille télévisée» Berlusconi a fait passer à l’antenne pendant le journal du soir (le 16 octobre, 2016) sur la chaîne TG5: il s’agit de la mort du photographe Andy Rocchelli, qui a été tué en mai 2014 près de Sloviansk.

Andrea Rocchelli

Les créateurs de cette nouvelle page dans l’histoire de la désinformation ont mené une opération assez dégoûtante. Il ont utilisé les parents du journaliste tué pour manipuler l’audience et compromettre les autorités ukrainiennes. En réalité, le jour de la mort de Rocchelli, l’Ukraine ne contrôlait pas la zone où il est mort, donc l’état Ukrainien n’a pas pu enquêter de manière efficace à ce sujet.

Analysons attentivement le sujet de ce reportage pour mieux comprendre les causes de ces nombreuses erreurs et inexactitudes.

A partir de 00:20 seconds un journaliste dit:

«Le 24 mai, le photographe Andrea Rocchelli, 31 ans, a été tué en même temps qu’un journaliste russe, Andrey Mironov, sur une route déserte dans la campagne d’Ukraine. Ils essayaient de fuir des obus d’artillerie qui sont tombés depuis les montagnes sur eux. C’était des tirs précis et délibérés. Ce territoire était sous le contrôle complet de l’armée ukrainienne, mais le gouvernement (ukrainien – Ndlr) a nié toute responsabilité. L’enquête, menée à Kiev, montre une totale désorganisation et il n’y a même pas de résultats de l’examen balistique. Les parents attendent encore la vérité».

En réalité, à ce moment-la, l’armée ukrainienne n’avait pas le contrôle sur le territoire où Rocchelli a été tué. Les troupes russes et leurs complices, les soi-disant «militants» ont occupé Sloviansk le 12 avril 2014. L’Ukraine a repris le contrôle de cette ville le 5 juillet 2014.

L’armée ukrainienne était présente à un seul endroit, la montagne Karachun, un point stratégique dans la perspective de récupérer Sloviansk. Les russes, en dépit de deux mois de combats acharnés, n’ont pas réussi à dominer cette zone. Cette montagne a été soumise à des attaques et bombardements quotidiens par les forces russes.

Cette vidéo montre le type de bombardement qu’a subi la montagne Karachun.

Le deuxième point de désinformation dans le reportage de TG5 concerne le processus d’enquête et d’expertise balistique.

En fait, le lieu de la mort était sous le contrôle des forces russes et pro-russes. Ce sont les autorités russes qui ont emmené le corps d’Andrea, et ce sont justement les autorités russes qui ont déclaré et confirmé la mort de Rocchelli.

Ainsi, à l’époque, l’Ukraine n’avait pas eu la possibilité d’enquêter le lieu d’assassinat, car elle n’avait pas le contrôle sur cette partie de territoire.

A l’époque, Vyacheslav Ponomarev était le commandant des troupes d’occupation, il est connu pour l’arrestation du célèbre journaliste américain Simon Ostrovsky.

En fait, le gouvernement italien doit exiger les explications à Moscou sur les enquêtes qui ont été réalisées après la mort du photographe. Seules les forces d’occupation pourraient expliquer pourquoi des commandants militaires ont permis à un groupe de journalistes d’approcher d’un endroit si dangereux en voiture civile sans aucune identification. Eux seuls ont la capacité d’expliquer la raison pour laquelle ces journalistes se sont trouvés dans cet endroit en passant par le point de contrôle, créé par les forces occupantes.