Le média russe Eurasia Daily a inventé la présence de membres lors de la réunion du Conseil de coordination du Second Congrès mondial des Tatars de Crimée, qui a eu lieu dans la région de Kherson en Ukraine les 16 et 17 janvier derniers.

Le média a écrit que des délégués, représentants plus de 40 pays, se sont réunis dans le district de Guenitches. Parmi eux, d’après ce média, « des djihadistes » et « des combattants ».

Selon les organisateurs de cet événement, ce « comité islamique » a réuni des combattants du « Mouvement Türkmenler de Syrie », des représentants de « Boz Kurt » (des « Loups gris ») de Turquie, des djihadistes de Libye, d’Algérie, du Soudan, d’Arabie Saoudite, du Pakistan et d’Afghanistan, » est-il listé dans l’article.

Скриншот на сайта eadaily.com

Capture d’écran eadaily.com

eudaily 2

Capture d’écran eadaily.com

L’article a ensuite été reproduit par les sites russes Ukraina.ru, Vesti online (nouvelles en ligne) et Pravda News (vraies actualités).

Website Screenshot pravdanews.info

Capture d’écran pravdanews.info

Sauf que cette information est fausse et comporte donc plusieurs erreurs.

Premièrement, aucuns participants ayant participé à l’évènement n’étaient originaires de Libye, d’Algérie, du Soudan, d’Arabie Saoudite, du Pakistan ou encore d’Afghanistan. Sur le site officiel de l’évènement, ainsi que sur la page Facebook de Mejlis (l’Assemblée) des Tatars de Crimée, l’on peut retrouver une liste des pays d’où sont venus les délégués : Roumanie, Turquie, Allemagne, Canada, Lituanie, Bulgarie et États-Unis. A ces pays s’est ajoutée une délégation représentant la Crimée.

Скриншот  на facebook.com/meclis.org

Capture d’écran facebook.com/meclis.org

Ensuite, il est également à noter qu’une citation publiée, attribuée au leader des Tatars de Crimée, Mustafa Djemilev s’avère elle aussi sembler complétement fausse. « Après l’attribution d’un statut officiel du ministère de la Défense ukrainien, tout islamiste a désormais la possibilité de rejoindre le « jihad » officiellement pour se battre contre les « maudits russes » dans « l’affaire sacré de la libération de ce lieu musulmans sacré qu’est la Crimée ».La seule trace de cette déclaration dans le Google.com que l’on peut retrouver sur internet apparait sur le portail EADaily.