Ukraina.ru ainsi que d’autres médias propagandistes russes ont rapporté que «des émeutes populaires» causées par le «manque d’eau chaude et de chauffage» ont eu lieu dans le pays. Pour arriver à une telle conclusion, les propagandistes se servent de conflits autour du chauffage qui se sont produits dans certaines villes et sont déjà résolus.

Website screenshot Ukraina.ru

Website screenshot 60-minut.su

Mais peu importe pour ces médias. Les présentateurs de la chaine de télévision «Rossia 1» ont ainsi annoncé que l’Ukraine ne mettra pas le chauffage avant le 30 novembre, «quand il fera déjà -10°, ou -15°. Pendant ce temps, le pouvoir propose aux citoyens de sauter sur place pour se rechauffer», a dit cette chaîne.

Ce fake a été diffusé par RIA Novosti, Komsomolskaya pravda, Izvestia, Mir 24, Politnavigator, UkrRudProm et d’autres médias moins connus.

Selon des informations du 17 novembre, un problème avec le début de la saison de chauffage s’est produit dans la ville de Smela, de la région de Cherkassy, ainsi qu’à Kaminske, Pavlograd, Kryviy Rig et Severodonetsk.

Website screenshot Naftogaz.com

A Smela, on preparait également des élections anticipées. Les responsables locaux n’ont pas préparé la ville pour l’hiver, et la situation a été fortement exploitée politiquement. Selon le vice-premier ministre Guennadiy Zoubko, il s’agissait «de négligence totale, l’exemple de l’irresponsabilité complète de la part des autorités locales». Le chauffage a été mis en fonction après le visite du Président Poroshenko.

Dans Kaminske et Pavlograd le chauffage s’est mis à fonctionner de le 14 novembre. Kryviy Rig avait le plus de retard, du fait d’une très grosse dette accumulée vis-à-vis de Naftogaz, la compagnie nationale de distribution.

Il convient de préciser que Naftogaz a prévenu à l’avance que les municipalités qui n’avaient pas réglé leur dette risquaient de subir un retard dans le début de la saison de chauffage.