Certains médias russes rapportent avec entrain que l’OTAN aurait « confirmé » son intention de transformer la Crimée en «une immense base navale». Prétendument, Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord aurait « trahit » ce projet secret concernant la militarisation de la presqu’île. Les médias russes ont commencé à relayer leurs versions de la déclaration de ce politicien le 6 août.

«Il a reconnu que les États-Unis et les pays de l’OTAN ont élaboré des projets sur la Crimée et Sébastopol et qu’ils voulaient les transformer en base militaire», a déclaré un sénateur russe, Aleksey Pouchkov.

Website screenshot Tzargrad

Website screenshot Utro.ru

Website screenshot RIA Novosti

Les soi-disant «prétentions» de l’Union européenne, des États-Unis et de l’OTAN concernant la péninsule ukrainienne font partie de manipulations fréquentes depuis 2014. Il y a 5 ans, quand la Russie se préparait à occuper la Crimée, elle s’est mise à intimider les habitants de la péninsule en désignant à tort, de «terribles Américains», qui veulent conquérir la péninsule et la transformer en base navale militaire. Le Kremlin a utilisé ce «fait» pour expliquer la nécessité d’annexer la péninsule. Et pourtant, l’OTAN a maintes fois souligné qu’il n’avait pas de prétentions sur les ports de Crimée.

«L’affirmation que l’OTAN ait l’intention de conquérir Sébastopol, ainsi que ces contes à propos de nettoyage ethnique ou de brutalités infligées aux civils russophones de Crimée, tout était faux, absolument tout. En réalité, il s’agissait d’une opération spéciale, d’une agression russe avec l’utilisation illégale de troupes russes basées à Sébastopol», a dit le Secrétaire général adjoint de l’OTAN (2012-2016) Alexander Vershbow.

Website screenshot DW

Cette fois-ci, la propagande russe a sorti de contexte une citation de Jens Stoltenberg, qui  avait en effet évoqué le sujet de la Crimée lors de son discours au Centre d’études stratégiques de l’Université Victoria (en Nouvelle-Zélande). Mais le message de M.Stoltenberg était tout à fait différent : il a dit que l’annexion de la Crimée constitue une menace principale pour l’ordre mondial.

Le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg a souligné que la présence russe devient de plus en plus importante dans le monde. Il a aussi dit que l’un des principaux buts du Kremlin est de nuire à la crédibilité des institutions démocratiques des pays membres de l’OTAN. C’est pour ça que Moscou a annexé la Crimée et s’est retiré du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, a affirmé Jens Stoltenberg. « Le premier défi pour la sécurité internationale est la montée de la concurrence entre les grandes puissances. On voit les conséquences de cette concurrence en Crimée. On constate la croissance du potentiel militaire russe, on observe la Russie de plus en plus insistante… L’annexion de la Crimée, c’est le premier cas, depuis la Seconde Guerre Mondiale, d’un état qui envahit le territoire d’un autre », a spécifié Stoltenberg.