Les médias russes rapportent depuis peu que la région de Kherson est inondée, parce que l’eau deborde d’un canal bloqué au nord de la Crimée. Cette affirmation se base sur la publication d’un certain Aleksey Zhuravko, ex-membre du parti des regions du président déchu, Yanukovitch. Cette version de faits est erronnée : une inondation s’est répandue dans plusieurs villages de la région de Kherson, à la suite de fortes pluies.

Website screenshot ukraina.ru

Website screenshot lenta.ru

Ce fake a été diffusé par Rossia 24, Lenta.ru, TASS, Izvestia, riafan.ru, rusdialog.ru, Politnavigator et d’autres médias moins connus. «L’Ukraine se transforme en desert», «L’Ukraine se tire dans le pied», «Les ukrainiens courent un danger mortel», titrent les medias russes.

Pour illustrer son texte, Zhuravko, qui habite actuellement à Moscou, a répris une vidéo d’un activiste local, postée le 10 juin 2019. Début juin, de fortes pluies dans la région ont provoqué l’inondation de nombreux ménages, y compris dans le village mentionné dans le blog. M Zhuravko a profité de cette publication, pour argumenter le sentiment d’urgence quant à l’ouverture de l’arrivé d’eau douce depuis l’Ukraine vers les territoires de la Crimée occupée.

Le Service d’urgence de l’Etat a rapporté que «le 6 juin, à la suite d’intenses précipitations, 150 ménages du village Novaya Mayachka, dans le district Oleshkovskiy, ont été inondés. Il n’y a pas de maisons complètement inondée», mais 105 habitations sont endommagées.

Les fortes pluies sont à l’origine de ces dégats. A l’heure actuelle, le conseil régional de Kherson a demandé au Cabinet des ministres de l’Ukraine des moyens financiers pour bâtir un nouveau système de drainage dans le village de Novaya Mayachka, victime d’inondations.

Website screenshot Unian

Website screenshot Ukrinform

En réalité, c’est la Crimée annexé et non-pas l’Ukraine qui subit des dégats suite au blocus de l’eau. Il a causé «des dommages à l’écosystème fragile de la Crimée». «Les résidents et les jardiniers locaux ont déclaré qu’en l’absence d’eau de la part de l’Ukraine continentale à travers le canal, les jardins sans arrosage se dessèchent, les coopérative de datcha ont été ramenées à l’état de friches, les résidents d’Armiansk (une ville située au nord de la Crimée) travaillent moins dans leurs maisons de campagnes», – lit-on dans le site Web Krim.Realii. Les hommes politiques proches du président déchu cherchent donc de manipuler l’opinion pour inciter l’Ukraine à agir dans le sens des intérêts russes.

N.B. Le Canal du nord de la Crimée a été construit après 1954, quand la péninsule a été intégrée dans la République soviétique ukrainienne. S’étendant sur 400 kilomètres, cette artère amenait de l’eau du Dniepr et assurait plus de 80 % des besoins en eau fraîche de la péninsule.

Après l’occupation de la Crimée par la Russie en 2014, l’Ukraine a suspendu la livraison d’eau pour des raisons économiques et politiques. Après l’annexion de la Crimée, les nouvelles «autorités» n’ont signé aucun contrat avec l’Ukraine et n’ont pas payé la dette d’environ 1,5million de hryvnia pour l’eau qui était déjà livrée.