Beaucoup de médias russes ont diffusé des articles annonçant que le parlement ukrainien envisage de fixer un quota minimum de 75 % de chansons en langue ukrainienne sur les radios du pays. Ce fake a été diffusé, par exemple, par la chaîne de télévision fédérale russe «Rossia 24» et InoTV.

Website screenshot InoTV

Website screenshot InoTV

Screenshot website Vesti.ru

Screenshot website Vesti.ru

Ainsi, la chaîne de télévision «Rossia 24» a rapporté que cette idée a provoqué l’indignation des musiciens ukrainiens. En particulier, le producteur de musique Yuri Falyosa se serait prononcé contre l’introduction d’un quota en exprimant une crainte que plusieurs stations de radio soient fermées à cause de cette mesure: « Sil s’agit de remplir 70% du temps consacré à la musique par des produits ukrainiens… Imaginez, il est question de 20 heures par jour de musique ukrainienne à l’antenne. Nous sommes «pour», mais la musique ukrainienne est absente, elle n’existe pas», dit ce musicien au journal «Vesti».

En réalité, personne ne propose de fixer un quota de 75 % pour les chansons en langue ukrainienne. Il est facile de le vérifier en lisant le texte du projet.

La résolution dit: «les œuvres créées par des auteurs et des artistes ukrainiens doivent constituer 50 % du total du volume d’émission quotidien dans les programmes de radio et émissions de radio. La part des chansons (des œuvres verbales et musicales) dans la langue d’État devront constituer au moins 75 % du volume général de chansons par auteurs ou chanteurs ukrainiens ».

Website screenshot de la résolution

Website screenshot de la résolution

Si on calcule bien, on arrive au quota de 37,5 % du temps de radio pour des chansons en ukrainien.

L’un des auteurs de ce projet de loi, le député Oleg Medunitza a expliqué le coeur du problème dans un interview donné à Stopfake.

«Pour le moment il existe un quota selon lequel la moitié du temps d’antenne doit être rempli par des artistes produits en Ukraine (sans précision de la langue d’interprétation). Et la moitié est de la musique étrangère. Maintenant, dans le cadre des quotas nationaux existants, nous proposons de fixer un certain temps pour la musique en langue ukrainienne. Même après l’adoption de cette loi, la production en langue russe dans les stations de radiodiffusion peut composer presque 62,5%. Donc, il ne s’agit pas d’interdire la musique en langue russe. Le message qui évoque 75 % du volume total de chansons par auteurs ou chanteurs ukrainiens est une manipulation. Malheureusement, certains de nos artistes locaux ont avalé ces couleuvres et ils ont signé une pétition contre la loi. Plus tard, après avoir bien lu le projet, certains musiciens ont retiré leurs signatures».