La Russie est innocente du meurtre de la journaliste de «Novoïa gazeta», la militante des droits de l’homme, Anna Politkovskaïa bien connue pour ses déclarations antipoutiniennes et ses ê retentissantes qui mettaient en cause les autorités russes. Le 17 juillet 2018 les médias pro-Kremlin ont diffusé de nombreuses articles reprenant cette affirmation. Par exemple, Life.ru, Rambler, REN.tv et RIA Novosti ont reproduit la déclaration du Ministère de la Justice de Russie qui affirmait que la Cour européenne des droits de l’homme a innocenté les autorités russes en affirmant qu’elles n’étaient pas impliqués dans l’assassinat d’Anna Politkovskaïa en 2006.

Website screenshot Life.ru

Website screenshot Rambler

Website screenshot RIA Novosti

Website screenshot REN Tv

Ce faisant, les médias propagandistes et le Ministère de la Justice de Russie ont diffusé un fake.

Website screenshot du Ministère de la Justice de Russie

En effet, mardi 17 juillet, un texte donnant la décision de CEDH a été publié sur le site  officiel de l’organisation. Selon cette décision, le gouvernement de la Russie est accusé d’avoir commis une violation de l’article 2 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Cet article garantit le droit à la vie. En outre, les dirigeants russes ont été accusés d’avoir conduit une enquete insuffisante sur le meurtre de la journaliste. La Cour a souligné que les enquéteurs ont trouvé cinq personnes impliquées dans le meurtre, mais toujours pas le commanditaire de cet assasinat.

La décision de la Cour souligne que les autorités russes n’ont pas exploré la possibilité d’un meurtre commis pour des raisons politiques, c’est-à-dire, en raison des activités professionnelles d’Anna Politkovskaïa. De plus, la CEDH a déclaré que la Russie n’a pas prêté attention à la possible implication dans ce crime du leader de Tchétchénie Ramzan Kadyrov.

Lors de ses activités de défense des droits de l’homme et de ses reportages, Anna Politkovskaïa visitait les zones de combat et les camps de réfugiés au Daghestan, en Ingouchie et en Tchétchénie.

La journaliste russe a vigoureusement critiqué la politique du président russe Vladimir Poutine et a ouvertement écrit la vérité sur les événements en Tchétchénie. Beaucoup de gens, y compris l’ancien officier du FSB Alexandre Litvinenko (empoisonné au Royaume-Uni), ont affirmé que ce n’était pas une coïncidence si la date du meurtre de Politkovskaïa a été la même que l’anniversaire de Vladimir Poutine.