Des médias russes ont diffusé une fausse information affirmant que des investisseurs turcs vont aider à construire un lotissement de pavillons privés pour les Tatars de Crimée qui ont quitté la péninsule pendant ou après la prise de pouvoir par la Russie, en d’autres termes ceux qui sont partis à cause de l’annexion.

Le journal en ligne Life.ru a baptisé ce projet «Le nouveau Califat» et a déclaré qu’il s’agit d’une ville indépendante, prévue pour les musulmans. Le journal en ligne «Utro.ru» a décrit cette ville comme un «paradis» pour les Tatars de Crimée.

propagande russe fake

Website screenshot Utro.ru

propagande russe fake

Website screenshot Life.ru

Life.ru cite le discours de Reza Chevkiev, représentant du Majlis (l’assemblée des Tatars de Crimée) dans l’administration du district de Genichesk. C’est une ville balnéaire, située sur la côte d’Azov, dans la région de Kherson.

Le journal en ligne Life.ru a fait une trouvaille «sensationnelle»: selon lui, Chevkiev aurait admis que le Majlis ne traite pas la Crimée comme faisant partie de l’Ukraine. Pourtant la réalité est toute autre : il met l’accent sur le fait que la Crimée est occupée par la Russie de Poutine. De plus, Reza Chevkiev dit que la vision à long terme de l’occupant est de déloger les Tatars de Crimée de la péninsule, mais il croit que la libération de la Crimée aura lieu et que son peuple se réunifiera.

Life.ru cite un extrait de vidéo et n’a pas mentionné les idées qui vont contre la tendance des médias russes. Ainsi, les journalistes ont retiré ces paroles de son contexte. Nous proposons une version complète de ce discours:

«Les Tatars de Crimée sont forcés de quitter leur terre natale. C’est une nouvelle forme de déportation, organisée par les occupants, par l’administration poutinienne. Tout d’abord, ils sont venus ici, sur le territoire de l’Ukraine (continentale). Puis, un certain nombre est resté dans la région de Kherson. Les autres sont dispersées sur tout le territoire de l’Ukraine, et se déplacent même vers des pays européens. Les Tatars de Crimée, et en particulier notre Majlis, s’inquiètent du fait que notre peuple soit dispersé dans le monde entier. Cette tendance est très dangereuse car il sera difficile de réunifier notre peuple si peu nombreux après la libération de la Crimée. Ainsi, nous plaçons de grands espoirs dans la région de Kherson. De plus, nous plaçons nos espoirs sur un projet qui est lancé par la partie turque. Il s’agit de la construction de 1000 logements. Nous envisageons trois variantes de sortie de la Crimée pour placer là-bas des cités compactes pour les Tatars de Crimée.

Ce n’est pas un processus de réinstallation des Tatars de Crimée, car nous tentons de les garder sur la presqu’île. Le but de l’occupant est d’expulser les Tatars de Crimée et notre but est de continuer la lutte qui ne peut se poursuivre sous une forme ouverte, actuellement. Mais les Tatars de Crimée tiennent tête».

Ainsi, il s’agit de cités provisoires pour les Tatars de Crimée, forcés de quitter leur patrie.

Les journalistes de Life.ru cite une publication datée de 2016 de l’ex-député Alexei Zhuravko au sujet du «nouveau Califat» et d’un «paradis».

Publication datée de 2016 de l’ex-député Alexei Zhuravko

Ce politicien a été le membre du «Parti des regions». C’est un parti politique ukrainien, créé en octobre 1997, qui s’est formé autour de l’ex-Président Ianoukovitch et ses proches du Donbass. M Zhuravko publie son opinion pro-russe sur sa page  Facebook, décrit les autorités ukrainiennes comme «fascistes» et accuse les Forces armées ukrainiennes d’effectuer des bombardements dans le Donbass.