Le journal en ligne «Ukraina.ru» a publié un article sous un titre manipulateur. Les journalistes de «Ukraina.ru» prétendent que le speaker au sujet de l’ATO («opération antiterroriste» lancée par les forces du gouvernement pro-européen d’Ukraine contre des insurgés armés pro-russes) aurait invité à s’engager dans l’armée ukrainienne les combattants de DNR et LNR. L’agence d’information «Vesti DNR» a diffusé le même message.

Website screenshot Ukraina.ru

Website screenshot Ukraina.ru

Website screenshot Informburo.dn.ua

Website screenshot Informburo.dn.ua

Le journal en ligne «Rosbalt» a affirmé qu’il s’agit d’une proposition aux militants de se constituer prisonnier avec «des VTT (véhicules de transport de troupes) et des chars blindé».

Website screenshot Rosbalt.ru

Website screenshot Rosbalt.ru

En fait, l’idée de Lyssenko «Gagner de l’argent et sauver des vies» porte un autre sens. Selon son poste Facebook, «un militant, qui s’est rendu avec un véhicule ennemi aux autorités ukrainiennes (Par exemple un char, un VTT, un véhicule blindé), peut bénéficier durant son procès d’une réduction ou d’une exemption de peine, et il reçoit la même récompense qu’un combattant ukrainien si ce dernier aurait ramené ce même genre de véhicule »

Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une «invitation dans l’armée des militants de la «DNR» et de la «LNR».

«Ainsi, le militant sauve sa vie; il gagne de l’argent; il préserve la vie de nos gars, car cet ennemi aurait pu blesser ou tuer à l’aide de ces véhicules; il enlève une unité de l’équipement et un spécialiste à la DNR ou la LNR. Et en plus, les Forces armées d’Ukraine reçoivent de l’équipement de combat. Six en un», – lit-on dans la publication de Andrey Lyssenko.

Website screenshot du poste de Lyssenko (Facebook)

Website screenshot du poste de Lyssenko (Facebook)

Selon le speaker responsable de l’ATO, ces mesures permettront d’accélérer l’aboutissement des manœuvres militaires et de ménager les ressources. En outre, Andrey Lyssenko a rappelé le programme du SBU  «On t’attend à la maison» : les militants sans crimes graves ont la possibilité de se justifier par voie légale et de rentrer chez eux dans le cadre de ce programme.