Certains médias russes, ainsi que les ressources d’information de la soi-disant «DNR» (République populaire de Donetsk»), ont rapporté que l’armée ukrainienne a tiré sur la mission de l’OSCE, le 20 juin 2017. Alexandre Hugh, le premier chef adjoint de la mission spéciale de l’OSCE a déclaré que les attaques contre des patrouilles de la mission sont liés à l’incapacité des dirigeants de la soi-disant «DNR» de contrôler leurs propres groupes armés.

propagande russe fake

Website screenshot ren.tv

Ce n’est pas la première fois que des médias de sensibilisation diffusent un fake à propos de tirs échangés entre l’armée ukrainienne et les représentants de la mission de l’OSCE. StopFake a réfuté déjà ces manipulations, comme vous pouvez le voir ici. Cette fois-ci, les médias russes ont repris la version des combattants de la «DNR» malgré le fait que l’incident a eu lieu dans une zone contrôlée par la «DNR». Prétendument, il s’agissait d’une provocation de la part des forces armées ukrainiennes. Les journalistes ont inventé une histoire sur une voiture civile avec des plaques de véhicules ukrainiens, qui se serait approchée de la patrouille de la mission. Mais en fait, le rapport de l’organisation ne contient pas de données à propos de n’importe quel genre de plaques d’immatriculation.

RIA Novosti, Ren TV, Life.ru, Novosti Donbassa, DNR24.com, DonPress, Narodniy Korrespondent, dan-news.info et d’autres médias peu connus ont diffusé ce fake.

Screenshot @oscesmm

Lors d’une conférence de presse, le 21 juin 2017 à Donetsk, Alexandre Hugh, le premier chef adjoint de la mission spéciale de l’OSCE a fait un commentaire sur ce qui s’est passé. Il a expressément souligné qu’il s’agissait d’une conséquence de l’incapacité des dirigeants de la «DNR» de contrôler leurs propres groupes armés (à partir de 04:40 de la vidéo).

Website screenshot mfa.gov.ua

Selon le ministère des Affaires étrangères de l’Ukraine, cette attaque est «un renforcement du cours de la Russie et ses groupes armés illégaux contrôlés sur le harcèlement des observateurs de l’OSCE, à la limitation de leur accès aux territoires non contrôlés et l’obstruction de la mise en œuvre du mandat de la mission spéciale de l’OSCE».

La partie ukrainienne du Centre de surveillance et de coordination des questions de cessez-le-feu et de la stabilisation de la ligne de distinction a exprimé sa condamnation catégorique de tels actes et les a qualifié comme une violation flagrante des Accords de Minsk.

De plus, les Départements d’État des États-Unis et d’Autriche, qui préside actuellement l’OSCE, ont exprimé leur préoccupation de telle montée de violence de la part des «militants pro-russes».