Infox: L’ONU a condamné «l’attaque de l’armée ukrainienne» contre la centrale de Zaporijjia

Le Secrétaire général de l’ONU António Gutierrez n’a fait aucune déclaration sur « l’attaque de l’Ukraine » sur la centrale de Zaporijjia. Il a souligné au contraire que les bombardements de la centrale étaient suicidaires et qu’il était urgent de cesser les tirs sur celle-ci.

Une partie des médias pro-Kremlin a détourné la citation du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies António Gutierrez en inventant l’information mensongère sur « l’attaque suicidaire de l’armée ukrainienne sur la centrale de Zaporijjia ». En déformant ses propos, les médias russes ont déclaré que l’Organisation condamnait «les actions de Zélensky» dans « l’attaque de l’Ukraine » contre sa propre installation nucléaire.

Selon les médias russes, avec lien à l’appui, « le Secrétaire général de l’ONU António Gutierrez a déclaré que les attaques de l’armée ukrainienne sur la centrale de Zaporijjia doivent immédiatement cesser ».

Capture d’écran – sila-rf.ru

Lors de la conférence de presse du 8 août à Tokyo, A. Gutierrez a en effet commenté le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par les Russes. Il a souligné que les attaques sur la centrale étaient suicidaires et qu’il fallait cesser d’urgence les tirs sur celle-ci. Il n’a fait aucune déclaration indiquant que ce serait l’Ukraine qui aurait « attaqué » sa propre centrale.

« Toute attaque contre des centrales nucléaires est un acte suicidaire. J’espère que ces attaques prendront fin. En même temps, j’espère que l’AIEA pourra accéder à la centrale », a-t-il déclaré.

Son porte-parole, Stéphane Dujarric, a également déclaré le 8 août lors d’un point presse que l’opinion répandue par les médias russes selon laquelle les Nations unies auraient « entravé » la visite de l’AIEA à Zaporijjia, était « ridicule ».

S. Dujarric a souligné : « Le Secrétaire général travaille main dans la main avec l’AIEA et la soutient par tous les moyens… Nous sommes extrêmement inquiets de la situation autour de la centrale, qui peut être attaquée, que l’on peut utiliser comme cible d’attaque ».

La nuit du 4 mars 2022, les occupants russes avaient attaqué et bombardé la plus grande centrale nucléaire d’Europe, déclenchant un incendie. L’Ukraine n’avait mené aucune attaque sur ses propres installations stratégiques, c’était bien la Russie qui avait provoqué l’incendie sur l’installation sécurisée. Ce fait avait été alors confirmé par les nombreux partenaires occidentaux de l’Ukraine, et le bombardement russe de la centrale de Zaporijjia avait été qualifié de crime de guerre.

Jusqu’à présent, l’agresseur russe contrôle l’installation stratégique ukrainienne, mettant en danger non seulement l’Ukraine et un certain nombre de pays de l’UE, mais aussi son propre territoire et le Bélarus.

Le Secrétaire d’État étasunien Anthony Blinken a déclaré le 1er août que les États-Unis disposaient de données fiables prouvant que la Russie utilise la centrale capturée comme « bouclier nucléaire ». Il a précisé que l’armée de l’occupant a construit autour de la centrale une base militaire et un poste de tir de missiles, s’assurant ainsi que les forces armées ukrainiennes ne riposteront pas, ce qui confronterait le monde entier au péril d’une catastrophe nucléaire.