La chaîne de télévision russe «5-tv.ru» a montré, dans son émission hebdomadaire du 29 mai 2016,  un sujet intitulé «Le cas désespéré de Nadia» sur l’échange de prisonniers entre l’Ukraine et la Russie du 25 mai 2016. Le journaliste russe a menti à propos de la procédure judiciaire d’Evgeniy Erofeev et d’Alexandre Alexandrov, qui n’auraient pas recouru à l’action de grâce du Président Poroshenko. Il s’agit de 2 officiers russes qui ont été arrêtés en mai 2015 dans la région de Lougansk, suite à un affrontement militaire.

«Evgeniy Erofeev et Alexander Alexandrov sont des combattants volontaires, capturés par les forces de sécurité ukrainiennes. On les a condamné à 14 ans de prison pour infractions putatives. Le tribunal de Kiev n’a d’ailleurs pas prouvé le corps du délit. Evgeniy Erofeev et Alexander Alexandrov n’ont pas recouru en grâce parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec l’accusation, mais l’Ukraine tout de même a donné son accord à l’échange de prisonniers de guerre – on avait besoin de Nadia Savtchenko à Kiev», – avait dit le journaliste russe Anatoliy Mayorov.

L’affirmation que les militaires russes n’ont pas recouru en grâce est fausse. Le site du chef d’État Ukrainien, Petro Poroshenko contient la Décision de grâce pour Alexandrov et Erofeev datant du 24 mai. Dans ce document, il est indiqué qu’on a considéré un recours en grâce à ces citoyens russes. L’un des avocats des condamnés a confirmé cette information dans un commentaire pour l’agence de presse russe Itar-Tass.

Nous ajouterons à ça le fait que Nadezhda Savtchenko, la pilote militaire ukrainienne n’a pas recouru à la grâce du président russe Vladimir Poutine, comme a affirmé l’un de présentateur de «Perviy Canal» («Premier canal») dans une émission de télévision politique.

Website screenshot  TASS

Website screenshot TASS

Le Goloseevsky tribunal de district de Kiev a annoncé le 18 avril 2016 le verdict concernant les officiers russes Alexandrov et Erofeev. Ils sont reconnus coupables d’activités terroristes et de mise en œuvre d’un acte terroriste. Alexandrov et Erofeev ont été condamné à 14 ans d’emprisonnement chacun. On peut trouver les preuves de leur culpabilité dans le texte du verdict, que les avocats ont mis à la disposition du public (en ukrainien). Les russes eux-mêmes, après l’arrestation, ont confirmé qu’il s’agissait de militaires russes. Mais plus tard ils sont revenus sur ces paroles. Les autorités russes ont nié qu’Alexandrov et Erofeev étaient des militaires russes au moment de l’arrestation.

Le même journaliste, dans la même émission, a repris encore un fake concernant un message que Nadia Savtchenko aurait publié sur le réseau social Twitter  le 25 mai. Les médias russes ont diffusé les articles affirmant qu’elle aurait promis de continuer à «tuer des ruskoffs».

«Le jour de son retour en Ukraine, Savtchenko, ou quelqu’un en son nom a publié une première déclaration : c’était une promesse, celle de «tuer les Russes». Ce texte a disparu rapidement des flux d’actualités, des réseaux sociaux, et aucun de journaliste ne s’est rappelé de cela, on ne sait pas trop pourquoi», – a dit le journaliste russe Anatoliy Mayorov.

En réalité, Nadezhda Savtchenko n’a pas de compte Twitter. Sa sœur Vera a déclaré que la pilote ukrainienne n’a jamais eu et n’a pas tenu de compte sur aucun réseaux social. Le compte en question, depuis lequel a été posté la phrase agressive, ensuite reprise par les médias russes a été créé la veille de la publication de ce fake.