Les médias russes ont récemment rapporté que Kiev allait confisquer les propriétés des résidents du Donbass qui avaient reçu la citoyenneté russe. La propagande russe affirme que Kiev «continue d’attiser de la discorde interethnique» et souligne également que les habitants du Donbass seraient des «citoyens de seconde classe» pour l’Ukraine. Une fois de plus, l’Ukraine est accusée de «russophobie», et les experts russes présentent les choses comme un fait accompli.

Website screenshot RT russe

Website screenshot Ukraina.ru

Website screenshot Izvestia

En réalité, le 4 juin dernier, le député Oleg Moussiy a enregistré un projet de loi intitulé «Sur la révision de certains instruments législatifs de l’Ukraine concernant la confiscation civile des biens des personnes…». Ce document n’a même pas encore été examiné par la commission compétente, et il n’est absolument pas certain que ce projet de loi atteigne le stade d’un vote au sein de la Rada. Il existe ensuite un droit de veto pour le président de l’Ukraine… Cependant, cette manipulation est déjà joyeusement reprise par les médias russes.

Website screenshot de Rada

C’est le décret du président Vladimir Poutine, concernant la simplification de la réception de l’octroi de la citoyenneté russe aux résidents des territoires occupés de l’Ukraine qui a servi de prétexte pour le projet de loi en question. Cependant, Monsieur Moussiy, dans son projet de loi, ne prévoit pas de mécanismes de confiscation, il ne souhaiterait que «poser le cadre» et laisser faire le pouvoir exécutif. Dans son texte il ne s’agit que des personnes qui ont abandonné la nationalité ukrainienne de leur propre gré. Les citoyens auxquels la Russie a imposé un deuxième passeport, surtout en Crimée, ne font pas partie des personnes visées par ces mesures restrictives.

En général, la double citoyenneté en Ukraine est interdite. Cependant, après l’annexion de la Crimée et l’occupation d’une partie du Donbass, Kiev a adopté un certain nombre de lois protégeant les Ukrainiens vivants sur ces territoires.