#PutinAtWar: La diplomatie de trolls

Source: AtlanticCouncil’s Digital Forensic Research Lab (DFRLab) sur Medium. StopFake France propose une version traduite en français de l’anglais

L’Ambassade russe se moque de la réponse de la Grande-Bretagne à l’empoisonnement

Le 12 mars, le compte officiel sur Twitter du Ministère des Affaires étrangères russe a commencé à se moquer du gouvernement britannique. Les tweets contenaient les accusations contre les Anglais en prétendant que ces derniers reprochent à la Russie tous les maux, même le mauvais temps.

Ces publications sont venues après une mise en accusation par la Première ministre britannique Theresa May, le 12 mars dernier. Elle a estimé qu’il est «fort probable que la Russie soit responsable» de l’empoisonnement de l’ex-espion russe  Serguei Skripal, de sa fille, et d’un certain nombre de passants britanniques, en utilisant un agent innervant de la famille Novitchok, un toxique russe dangereux.

Le compte officiel Twitter du Ministère des Affaires étrangères russe a été le premier à publier une vidéo qui a montré de la neige tombant en Grande-Bretagne avec un sous-titre maladroit «#IlestProbablequelesRussesSontResponsables d’avoir provoqué des chuttes de neige sur la Grande-Bretagne» et la translittération Cyrrilique également maladroite «ХайлиЛайклиРаша».

Archivé le 13 mars (Source: Twitter / @MID_RF)

Le compte officiel Twitter du Ministère des Affaires étrangères en anglais a suivi cet exemple.

Archivé le le 13 mars (Source: Twitter / @mfa_russia)

Ces deux publications ont suivi des commentaires des fonctionnaires russes et de médias, démentant toute participation russe à cet empoisoisonnement. Comme cela a déjà été signalés par @DFRLab, ils poursuivent selon la même stratégie qui consiste à  «démentire, déformer, déconcentrer, indigner».

Maria Zakharova, porte-parole de Ministère des Affaires étrangères, a commenté avec un ton moqueur la déclaration du Premier ministre britannique au Parlement, estiment qu’il s’agisait d’un «spectacle de cirque». Le présentateur tristement célèbre Dmitry Kisselev a prétendu que les accusations britanniques n’étaient faites que pour nourrir leur «Russophobie».

(Source: Twitter / Steve Rosenberg)

Il semble y avoir eu une tentative de créer un hashtag viral, mais à 13h30 TUC (heure d’hiver), le 13 mars, soit environ quatorze heures après la publication initiale, ce hashtag avait produit seulement 1000 tweets.

A ce moment-là, ce compte Twitter du Ministère des Affaires étrangères russe avec ses 1,23 millions de followers a enregistrés seulement 109 retweets de cette publication. La version en anglais, avec ses 174,000 followers a eu 122 retweets, la vidéo a été vues presque 35000 fois.

Website screenshots de deux tweets (Source: Twitter / MID_RF / mfa_russia)

Selon une analyse de réseau que nous avons effectuée à l’aide de l’outil en ligne Sysomos, le tweet en anglais a été partagé seulement parmi les followers du Ministère. Seulement quelques comptes ont retweeté la publication à tour de rôle. Le tweet a depassé quatre retweets dans un groupe seulement, ce qui est necessaire pour le processus d’amplification qui sert à créer la viralité espérée.

Source: Sysomos / @DFRLab

Dans ce cas-là, la communauté servant de base au processus d’amplification était constituée en grande partie de partisans connus et explicites du Kremlin. Parmis les plus remarquable se trouvent @marcelsardo, qui se décrit lui-même comme un «tireur pro-Russe dans les médias»; @Varyagi qui est ouvertement un compte de troll pro-Kremlin; @maria_engstrom1 qui partage réguilièrement les publications pro-Kremlin comme celles concernant un groupe de Casques Blanc en Syrie, le tir contre le vol MH17 de Malaysian airlines au-dessus de  l’Ukraine et le concept de «Novorossiya», un terme ancien pour désigner l’Est de l’Ukraine et remis au goût du jour.

Archivé le 13 mars 2018. (Source: Twitter / @Varyagi)

@MID_YS, qui est la branche locale du ministère des Affaires étrangères à Ioujno-Sakhalinsk dans l’Extreme-orient russe ; @RusEmbDK, @RusEmbBAH et Russian_Emb_MKD qui sont les comptes des ambassades russes au Danemark, à Bahrein et dans l’ex-république yougoslave de Macédoine.

Ainsi, tandis que la publication du ministre a été partagée par la communauté, cela ressemblait beaucoup à un prêche en direction de  convertis: les retweets ont été le fait de comptes qui ont déjà montré leur appui au Kremlin.

Il est révélateur de comparer la vitesse de diffusion avec la publication en russe. Elle est comparable pour ce qui est de l’ampleur mais cette publication en russe a été diffusée davantage à travers une file de sous communautés, comme le montre le scan ci-après:

Source: Sysomos / @DFRLab

Cependant, la diffusion a inclus de nouveau un certain nombre de comptes officiels, comme l’ambassade de Russie au Danemark, la Mission russe auprès des Nations Unies à Genève (@mission_russian), et les comptes de Ministre des affaires étrangères à Ioujno-Sakhalinsk (@MID_YS) et à Samara (@MID_SAMARA). S’y ajouttent @Varyagi and @VkofSevastopol.

Un certain nombre d’autres missions diplomatiques russes ont publié leurs propres tweets non diplomatiques. Par exemple, l’ambassade russe à Londres a indiqué que l’Oftel, l’organisme britannique de réglementation des télécommunications, se préparerait à mettre fin à la licence de RT, la chaîne de télévision financée par le Kremlin.

«La vérité est la première victime», lit-on dans la publication de l’ambassade. Mais les auteurs ont oublié d’indiquer que selon la déclaration même de leur rédacteur-en-chef, «l’information est une arme» du gouvernement russe.

Ce tweet n’a pas eu beaucoup d’audience. Il a enregistré 275 retweets à 19:00 le 13 mars. Cependant, comme l’indique le graphique ci-dessous, la diffusion n’a pas stoppé mais a augmenté à l’aide de multiples communautés.

Source: Sysomos / @DFRLab

L’une de celles qui ont servi d’amplificateur a été l’ambassade de Russie au Canada (@RusEmbassyC). Un autre précurseur a été le commentateur Max Keiser (@MaxKeiser), qui avait aussi sa propre émission à RT. Un peu plus tard, ce tweet a été diffusé par Mark Sleboda (@MarkSleboda1), un autre expert de RT, et un compte nommé  @Navsteva,   qui relaie régulièrement les affirmatiuons pro-Kremlin au sujet du vol MH17 de Malaysian airlines, del’annexion de la Crimée par la Russie, et de Bana Alabed, une fille de 7 ans qui a tweeté d’Alep lors du siège de la ville en 2016.

Les autres amplificateurs font partie d’une communauté marginale et de sites conspiratoires. Il s’agissait notamment de «Off-Guardian» (@OffGuardian0), dont la devise est «Diffusons les faits et les avis, que le Guardian essaie d’ignorer». De plus, il s’agissait du site web RenegadeInc.com, dont une histoire du jour en mars 13 a été la défense de RT contre la «Classe politique britannique et les médias néolibéraux».

Ainsi, la défense de RT est constituée de supporteurs actuels et des employés de RT.

L’ambassade de Russie en Afrique du Sud, tristement célèbre pour s’aligner régulièrement sur les trolls, a également rejoint la campagne, et a diffusé une musique thématique de comédie bouffonne de Benny Hill.

Ce tweet est devenu l’un de plus grand succès parmi les publications de trolls officiels et a été diffusé presque 600 fois à 20:00 TUC le mars 13. Cela reprend un argument visant à s’interroger sur «qui profite» du crime. Il a déjà été exploité par les organes du Kremlin pour insinuer qu’il pourrait y avoir une culpabilité britannique.

Ce tweet a été partagé en plusieurs séries de retweet, et il serait peu pratique d’annoter et reproduire tout le scan. Néanmoins, les amplificateurs principaux sont visibles dans ce tableau.

Source: Sysomos / @DFRLab

C’était une étude particulièrement intéressante. L’impact initial a été en grande partie auprès de différentes ambassades: peu de retweet ont atteint directement d’autre cercles. Deux comptes se distinguent: @MauriceSchleepe, ouvertement pro-Kremlin, et @maria_engstrom1, qui amplifie régulièrement les publications du Ministère des Affaires étrangères.

Ces comptes ont été important non pour leurs influence, mais comme les liens vers d’autres diffuseurs. L’un entre eux, @OffGuardian0, a rediffusé le twitt de l’ambassade russe à Londres. Les deux autres, @VanessaBeeley et @PartisanGirl, sont pro-Kremlin et favorables aux activistes qui soutiennent le régime syrien et ont régulièrement aux campagnes en russe qui s’attaquent aux Casques blancs, les sauveteurs qui vont à la recherche de civils syriens. Une quatrième compte, @GrahamWP_UK, est Graham Phillips, ce Britannique connu pour son soutien aux séparatistes de l’est de l’Ukraine, qui sont soutenus par la Russie. Un cinquième est le compte @TeamTrumpRussia, qui diffuse actuellement des publications pro-Kremlin, mais qui en 2016 a participé activement aux attaques contre Hillary Clinton.

Ces diffuseurs ont donné un regain de vitalité a ce tweet. Cependant, de nouveau, ils appartiennent au noyau idéologique des soutien du Kremlin. Donc, le post fait par  l’ambassade de Russie en Afrique du Sud  peut être considéré comme celui qui a le mieux marché et a touché davantage de supporteurs du Kremlin, mais pas nécessairement les internautes qui sont simplement sceptiques.

Conclusion

Les commentaires des missions diplomatiques russes sont tombés en grande partie dans des oreilles famillières. La diffusion a été limitée en nombre et elle est resté confinée aux groupe de soutien déjà existants.

Leur influence publique a été extrêmement limitée. L’objectif principale de ces posts a été de provoquer le gouvernement britannique et d’attirer l’attention de médias anglophone marginaux.

Ces publications sont intèressantes car elles font la démonstration de liens entre les ambassades, les commentateurs de RT et les trolls indépendants. Dans tous les cas, le compte officiel a lancé ces messages pour  une diffusion dans un petit groupe d’utilisateurs, certains étant des collaborateurs de RT, les autres connus comme étant des militants pro-Kremlin. C’était une action mondiale, impliquant les ambassades et les partisans du Kremlin en Europe et en Amérique du Nord.

Cela a également souligné l’attitude du Kremlin par rapport à la Grande-Bretagne, visant à la confrontation. Ces tweets sont un moyens d’aller vers une escalade rhétorique, et non pas une réconciliation. Les ambassades, le Ministère des Affaires étrangères ont diffusé ces tweets. Une nouvelle escalade est alors «higly likely» («très probable»).

Ben Nimmo est Associé principal en charge de l’analyse de l’Information au laboratoire de recherches du Conseil Atlantique (@DFRLab)

Source:  @DFRLab