Fake: «Les résidents de la Crimée ont ignoré les élections présidentielles»

«Aucun des résidents de la Crimée ne voulaient participer aux élections présidentielles en Ukraine», a déclaré le député de la Douma russe (et ancien député ukrainien du conseil municipal de Sébastopol), Dmitriy Belik le 31 mars 2019. Lors de son entretien avec le journal en ligne «Komsomolskaya pravda», le fonctionnaire russe a déclaré que les résidents de la Crimée ne s’intéressent pas aux élections ukrainiennes. C’est pourquoi «il n’y avait pas de files d’attente ou d’augmentation du trafic de voitures aux points de passage à la frontière administrative avec la péninsule».

Website screenshot Komsomolskay Pravda

Oleg Slobodyan, assistant au chef du Service de la Police des Frontières, a rapporté le 31 mars que le FSB (Service fédéral de sécurité) a certainement fait obstacle aux résidents de la Crimée annexée, qui cherchaient à quitter la péninsule. Selon les données de Slobodyan, ce comportement des agents de sécurité russes est lié aux élections présidentielles en Ukraine.

Website screenshot du site Web officiel

A la veille des élections, le Registre officiel des électeurs a calculé le nombre de résidents de la Crimée annexée qui avaient prévu de participer aux élections présidentielles ukrainiennes. Selon le bureau du procureur de la République autonome de Crimée et de Sébastopol basé en Ukraine, plus de 5500 résidents ont exprimé cette volonté.

Il est constaté cependant que la plupart des habitants de Crimée ont décidé de se présenter aux élections à Kiev – il y a 1826 personnes, dont 696 personnes dans la région de Kiev, ainsi que 412 personnes qui ont décidé de voter dans la région de Kherson, 411 dans la région de Lviv, et 290 dans la région de Dnipro. Aleksey Koshel, le directeur général du Comité des électeurs d’Ukraine a expliqué dans son interview à Krim.Realii, que le nombre de gens qui voulaient prendre part aux élections, était beaucoup plus grand. Selon lui, de nombreux résidents de Crimée ont été forcés de «quitter leurs maisons et voter à l’étranger» après l’annexion de la péninsule par la Russie. Mais tout le monde n’a pas pu réaliser ce projet.