Une quantité considérable d’informations sur des sujets d’actualité, dans notre cas – au sujet de la confrontation en Ukraine, est fausse. La raison principale de leur existence est l’utilisation de ces messages faussés dans un but de propagande. Les actualités sont utilisées pour influencer l’opinion générale, dans l’intérêt de telle ou telle force politique.  Dans cet article, nous allons essayer de décrire les principales méthodes pour identifier la présence de fakes dans les médias.

Il faut préciser que nous allons nous occuper de faits prouvés, et pas d’affirmations. Autrement dit, dans le cas où un ministère russe des Affaires étrangères  fait une déclaration au sujet d’un événement en Ukraine, et le ministère ukrainien ou le ministère de la Défense réfute cette information sans preuve, c’est un cas de «parole contre parole» où «à chacun sa vérité». En conséquence, peu de réfutations verbales se trouvent sur notre site. C’est possible, mais lorsqu’il s’agit d’une réfutation d’une information utile (par exemple, dans le cas de la milice de Donetsk qui a nié avoir pris possession du «Grad», rapporté par les journalistes russes de LifeNews). Ainsi, nous allons étudier les faits.

Fake photo

Ce type de fake est le plus courant et en même temps le plus facile à déceler. En général, on peut vérifier une image sur Internet en quelques secondes. Cependant, beaucoup de gens ne sont pas au courant de ces moyens de vérification et croient chaque image d’un «fait criant».

Il existe plusieurs moyens de vérifier un fake photographique. Si vous utilisez le navigateur Google Chrome, il vous suffit de cliquer avec le bouton droit sur l’image suspicieuse et de cliquer sur «Trouver cette image dans Google».

propagande russe fake

Si vous utilisez un autre navigateur, sans la fonction de la recherche parmi les images, vous pouvez installer un plug-in spécial pour cela, comme par exemple le plug-in «Who stole my picture» («Qui a volé mes images»). En outre, ce plug-in est capable de rechercher non seulement dans Google, mais dans Yandex, et TinEye, ou dans les trois moteurs de recherche simultanément.

propagande russe fake

Il est possible d’éviter l’utilisation de plug-in. Dans ce cas, il faut ouvrir «Google Image» dans un nouvel onglet, à côte d’un site avec l’image suspicieuse. Ensuite, il faut saisir cette image à l’aide de la souris et la faire glisser dans l’onglet avec Google Image.

propagande russe fake

De même, il est possible de rechercher des images enregistrées sur le disque dur de votre ordinateur. Il faut tout simplement glisser-déposer le fichier dans la barre de recherche dans Google.

À l’aide de cette méthode, vous vérifiez en une fois deux aspects très importants. Tout d’abord, si l’image est un original, ou si elle a été  édité. Dans notre cas, nous voyons qu’on a ajouté une flamme pour illustrer Donetsk «bombardée».

propagande russe fake

Il est aussi possible de vérifier la date de la publication des photos et le réalisme de l’image. Par exemple, on peut distinguer les conséquences des combats en Syrie et en Ukraine pour éviter les nouveaux fakes de ce type.

Fake vidéo

Il est plus difficile de travailler sur ces fakes, car il n’y a pas de méthodes de recherche par rapport aux vidéos en général. Mais, si vous avez des soupçons à propos d’une vidéo, vous pouvez essayer les méthodes suivantes.

Premièrement, s’il s’agit d’une vidéo YouTube dans une fenêtre intégré sur un certain site, vous pouvez cliquer sur le logo du service vidéo dans le coin en bas à droite pour vérifier si l’image a bien été mise en ligne sur YouTube.

propagande russe fake

Ainsi, il est possible de réfuter le fake de «Komsomolskaya Pravda» affirmant que les résidents de Kiev ont sifflé Yatzeniuk et Tourchinov lors de la Fête de la Victoire de 1945 en 2014. La vidéo a été mise en ligne en 2013, après la rencontre des politiciens avec des partisans du parti communiste.

propagande russe fake

Bien sûr, des cas aussi simples ne sont pas nombreux. Nous conseillons de prêter attention aux indices suivants: la date de mise en ligne et la quantité de téléchargement. Un haut indice pour ces deux caractéristiques en même temps, indique qu’il y a une forte probabilité que c’est un fake. Retrouvez une vidéo avec un plus grand nombre de vues et lisez les commentaires. Les gens postent un lien vers l’original dans les tels cas.

En outre, prêtez attention aux détails dans une vidéo, par exemple, les noms des objets, les plaques d’immatriculation ou les plaques de rue. Ces détails permettent de déterminer le réalisme de sujet. Ainsi, nous avons réfuté un fake à propos du yacht «Video Azimut 46». La chaîne de télévision russe NTV a prétendu que c’était le cadeau d’un homme d’affaire local aux miliciens d’Odessa pour la protection de la Côte. En fait, cet yacht était une location. Les journalistes ont loué ce yacht pour créer ce fake.

Il y a aussi un autre moyen : vous pouvez tenter de retrouver cette vidéo dans YouTube ou Google à l’aide de mots-clés. Par exemple, nous pouvons considérer un segment d’une vidéo intitulée «L’appel de la mère d’un militaire tué par le junte de Kiev le 14.05.2014». Mais une recherche dans YouTube montre qu’il s’agit d’un appel d’une mère au président russe Vladimir Poutine pour arrêter les opérations militaires en Ukraine.

propagande russe fake

De plus, on peut prendre les captures d’écran des cadres de la vidéo les plus parlants et rechercher dans Google à l’aide de la méthode décrite plus tôt. Il est possible que quelqu’un ait écrit un article et a utilisé la capture d’écran comme une illustration. Donc, parfois cela permet de trouver la source.

Témoignage de spectateurs

Il est difficile ou impossible de vérifier la plupart de témoignages, mais il y a des exceptions. Prêtez l’oreille aux discours. Il est important de comprendre si vous entendez des réponses ou des affirmations générales, que les journalistes peuvent ensuite utiliser dans leurs objectifs. Par exemple, les journalistes de NTV n’ont pas seulement inventé l’histoire avec le yacht mais ils ont inventé, dans le même sujet télévisé, qu’un autre homme d’affaires de Donetsk a offert aux milices de DNR un avion. Apparemment, cet homme d’affaire était un moniteur de saut. Comme il est apparu plus tard, l’homme a répondu à des questions générales de journalistes au sujet d’avion et de parachutisme. Il n’a pas présenté de cadeaux aux milices pro-russes. Plus tard, il a même enregistré une vidéo d’explication pour démentir ces mensonges.

Un autre exemple est un fake inventé par Russia Today. Des journalistes ont rapporté que des Juifs s’échappent de Kiev ayant peur du nouveau gouvernement. On montre le rabbin Misha Kapustin qui recueille des choses et raconte qu’il a besoin de s’enfuir à cause du danger. Misha Kapustin était le rabbin de la synagogue de Simferopol et il a quitté sa ville en craignant le nouveau gouvernement russe.

De plus, il faut payer attention au témoin, on peut les reconnaître. Prenons l’exemple d’une certaine Maria Tsipko qui est devenu connue, car elle donne régulièrement des commentaires aux médias en se présentant à chaque fois différaient : une résidente d’Odessa, une habitante de Donbass ou d’autres endroit dangereux.

Les déclarations de médias occidentaux

Cette méthode est souvent utilisée pour renforcer la crédibilité d’un message. Cependant, il y a beaucoup de fakes faisant référence à des médias occidentaux qu’il faut vérifier. Par exemple, le journal en ligne russe «Vzglyad» a publié l’article affirmant que les États-Unis ont refusé d’accueillir les corps de 13 agents de la CIA (l’Agence centrale du renseignement). Prétendument, ces gens auraient été tués en Ukraine. «Vzglyad» s’est référé au site avec un beau nom «The European Union Times». Mais là-bas, nous trouvons un lien vers «WhatDoesItMean.com», qui publie régulièrement les fantaisies d’un personnage fictif, Sorcha Faal. Il «informe» les lecteurs de la «guerre civile» aux États-Unis ou de la fuite des plus grandes sociétés américaines vers la Russie en raison de la peur que provoque Obama… De plus, il est possible de trouver que «The European Union Times» est affilié à «WhatDoesItMean.com».

Par conséquent, tentez de trouver l’original. Mais la condition la plus importante est d’avoir une attitude critique envers chaque information. La guerre d’information est un élément important de la confrontation entre les pays. Ne faites pas confiance aux information en ligne sans vérifications!

Par Oleg Chankovskiy pour StopFake.org